Soutenez le PS

Adhérez au PS

Érase una vez un lobito bueno y unos populares normales y sensatos…

Mariano Rajoy, président du PP (parti populaire, droite espagnole) a appelé à une manifestation le samedi 10 mars à Madrid pour s’opposer à la supposée libération du membre de l’ETA De Juana Chaos. Il appelle tous les Espagnols « normaux et sensés » (sic) à venir manifester contre ce qu’il estime être une reddition du gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero face à l’ETA.
Ce faisant, les populaires ne font que suivre la ligne qu’ils se sont donnés depuis la défaite de Jose María Aznar aux dernières élections législatives (14 mars 2004). Depuis lors la politique antiterroriste est systématiquement utilisée de manière partisane et il devient évident que, sous couvert de patriotisme, leur seul but est de mettre à bas le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero.
Pourtant dans cette affaire, les faits sont têtus: la loi a été appliquée dans toute sa rigueur et même de manière plutôt restrictive et suivant un procesus auquel le gouvernement n’a pas pris part.
Faut-il rappeler que sous le gouvernement Aznar et alors que Mariano Rajoy y était successivement ministre de l’intérieur et vice-président, 54 prisonniers de l’ETA ont bénéficié d’un régime semblable.
Dès lors, lorsque Mariano Rajoy, l’ami de Sarkozy, appelle tous les Espagnols « normaux et sensés » à venir manifester, nous ne pouvons que nous rappeler de ce poème écrit par José Agustín Goytisolo et chanté à l’Olympia de Paris pendant la dictature franquiste par Paco Ibañez:


« Érase una vez
un lobito bueno
al que maltrataban
todos los corderos.
Y había también
un príncipe malo,
una bruja hermosa
y un pirata honrado.
Todas estas cosas
Cuando yo soñaba
un mundo al revés. »

« Il était une fois
un petit loup gentil
qui était maltraité
par tous les moutons.
Et il y avait aussi
un mauvais prince,
une jolie sorcière
et un pirate honnête.
Il était une fois
toutes ces choses-là
quand je rêvais
d’un monde à l’envers. « 

Comme le disait Paco Ibañez, « je me demande toujours de quel petit loup il s’agit ».
Il était une fois un petit loup gentil et des populaires normaux et sensés…

Les commentaires sont fermés pour cet article