Soutenez le PS

Adhérez au PS

COMMUNIQUÉ DU PSOE – 10.02.2008

ZAPATERO :

«JE NE ME TAIS PAS ET JE VOUS DEMANDE DE NE PAS VOUS TAIRE NON PLUS»

zp-blog-banner-2.JPG

Lors du meeting de Vistalegre, devant plus de 25.000 personnes, il invite à répondre à la droite avec un résultat électoral majoritaire.

«Je suis quelqu’un de tranquille et serein mais, vous savez, je ne me tais pas et je ne me fâche pas non plus», a dit ce dimanche le candidat du PSOE à la Présidence du Gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, il a fait ensuite une véritable déclaration de principes à l’occasion du meeting-fête que le PSOE a organisé dans les arènes de Vistalegre à Madrid.

«Je ne me tais pas face à ceux qui exercent la xénophobie dans notre pays», a affirmé Zapatero, «ni face aux propriétaires de la peur, ou face à ceux qui veulent marchander avec la douleur des victimes (du terrorisme)». Pas de silence non plus «face au machisme», ni «l’homophobie», ni face à ceux qui «défendent l’exclusion», a-t-il dit, ni «face à la précarité au travail qu’il y a encore en Espagne» ou «les difficultés d’accès au logement».

zp-blog-banner.JPG

«Je ne peux pas me taire face à la rancœur, face à ceux qui veulent remplir la vie publique d’insultes et d’indignité», «ni face aux déprédateurs de l’environnement», ni «face à ceux qui veulent interdire la recherche biomédicale», ou «face à ceux qui essayent de dénigrer les créateurs, les gens de la culture, de la recherche de notre pays», il a conclu en disant : «je ne me tais pas face au cynisme et à l’hypocrisie».

«Je suis aux côtés de toutes les personnes qui veulent travailler dignement, j’ai toujours exercé le consensus dans la lutte pour les libertés et je serai toujours engagé avec les personnes décentes et courageuses», au-delà du rappel de son engagement «pour l’égalité pleine entre hommes et femmes en Espagne», pour «la défense de l’intégration de tous dans notre société», et il a affirmé à nouveau son désir de «continuer à lutter et à travailler» pour les objectifs qui sont chers aux travailleurs et aux jeunes.

«Je ne me tais pas et je vous demande que vous ne vous taisiez pas non plus», a dit le candidat socialiste, qui incarne «ce nouvel esprit de Vistalegre, une force unissant les gens pour regarder de l’avant», et il a ajouté son souhait «de transmettre d’ici une voix puissante et sans faille, une voix ferme d’appel à une grande mobilisation électorale pour gagner en faveur des jeunes, des femmes, de l’égalité et des travailleurs».

zp-blog-banner-4.JPG


MOBILISATION POUR ATTEINDRE UNE LARGE MAJORITÉ

En ce sens, Zapatero, s’est montré convaincu qu’il y a beaucoup de citoyens «qui en ont marre de voir comment se manifeste et agit cette droite, chaque fois plus radicalisée», il a affirmé qu’il ne suffit pas «d’en avoir marre, il faut élever la voix, il faut utiliser la parole, il faut se mobiliser et il faut obtenir une large majorité le 9 mars prochain».

Parmi quelques exemples des différents principes et valeurs qui appartiennent au PP et au PSOE, le leader socialiste a affirmé que «la droite ne gouverne pas bien lors des périodes de prospérité car elle n’en partage pas les bénéfices ; et elle gouverne moins bien encore quand il y a des difficultés, car elle ne partage pas les sacrifices puisque ce sont toujours les mêmes qui doivent les faire», tandis qu’avec le PSOE les sacrifices «doivent être faits par les plus puissants».

Dans cette même ligne, il a demandé «vous savez qui sont ceux qui sèment le doute, la peur, et le désordre au sujet de notre futur économique?», et bien «ce sont ceux qui ont toujours eu leur avenir et leur sécurité matérielle assurée».

zp-blog-banner-5.JPG

«Ces quatre dernières années, et en remplissant nos engagements pris auparavant avec les citoyens, il y a eu plus de prospérité, plus de bien-être, plus d’égalité des droits et plus de démocratie» a résumé le Président du Gouvernement. C’est pourquoi, face à ceux qui cherchent à «faire peur et à semer le doute» il demande «une large majorité qui mette en échec le cynisme et le pessimisme qui est semé par eux en Espagne» et «il faut continuer à aller de l’avant pour que les libertés et les droits grandissent et non pas que nous allions en arrière comme ce serait le cas s’il y avait une autre majorité» parce-que «les espagnols nous voulons aller de l’avant, avec énergie, optimisme, force et confiance».

Lors de ce meeting-fête, mis-à-part Zapatero, nous avons écouté les interventions de Tomás Gómez, le Secrétaire Général des socialistes de Madrid, la Vice-Présidente du Gouvernement, María Teresa Fernández de la Vega, le Vice-Président économique et candidat à Madrid, Pedro Solbes et le Candidat à la région de l’Andalousie, Manuel Chaves.

Les commentaires sont fermés pour cet article