Soutenez le PS

Adhérez au PS

VISITE DE NICOLAS SARKOZY A LA COMMUNAUTE FRANÇAISE A MADRID ¿UN DISCOURS A COURT D’IDEES ?

C’est un Nicolas Sarkozy à bout de souffle qui a débuté son discours hier, à 18h30, devant une partie de la communauté française présente en Espagne et à Madrid, à la Résidence de l’Ambassadeur de France.

Après un bref rappel sur l’entrée de l’Espagne dans l’Union Européenne et une énumération des présidents de gouvernement qui se sont succédés durant la récente démocratie (auxquels il a tous rendu hommage d’ailleurs, qu’ils aient été de gauche ou de droite), le Président de la République française s’est attaqué à l’organisation terroriste ETA rappelant le nombre élevé de ses victimes, et la complète collaboration de la France avec le gouvernement socialiste espagnol actuel.

C’est en soi une bonne nouvelle, étant donné les dernières arrestations à ce sujet, et c’est avec le phrasé d’un ancien ministre de l’intérieur que M. Sarkozy nous est apparu hier, accompagné d’ailleurs de Michèle Alliot-Marie, de Bernard Kouchner et bien sûr de sa femme, Mme Carla Sarkozy (selon les cartons d’invitations qui avaient été envoyés).

M. le Président n’a d’ailleurs pas manqué de lui faire des compliments, à sa femme, devant le parterre d’expatriés pour certains, d’«impatriés» pour d’autres, sur le succès qu’elle connaît en Espagne, succès pourtant limité au premier single « Quelqu’un m’a dit ». Mais il est vrai que dans la presse espagnole, la visite de Carla a été remarquée et commentée.

Quelqu’un lui avait dit, à lui, Nicolas Sarkozy, que les français de l’étranger ne trouvaient pas normal de devoir payer pour l’éducation de leurs enfants à l’étranger, c’est à dire de devoir payer leur inscription dans les lycées français de l’étranger, quand les lycées français en France sont gratuits. Démagogue alors, il a harangué la foule, insistant sur l’idée d’égalité [sic] même si ce fût pour faire dire à ce mot son exact contraire.

Pour tout un chacun, en France, l’Egalité consiste en des politiques de redistribution des revenus des plus riches vers les revenus des plus pauvres, l’exemple en matière d’éducation en est le système des bourses. Pour notre président, l’égalité consiste à étendre ce qu’il considère comme un privilège des plus pauvres, le système des bourses, à ceux « qui sont trop riches pour être pauvres et trop pauvres pour être riches ». Bien entendu il n’échappera à personne que cela avantage, ¿heureux hasard ?, ceux qui sont trop riches pour être encore plus riches. Ce système a surtout le mauvais goût de mettre en péril les finances de l’Agence française pour l’Enseignement Français à l’Etranger (A.E.F.E.). Mais que diable, si cette mesure populaire et populiste tient bon pendant les 5 années de législature du Président.

Discours facile donc, édulcoré, un discours de sieste en somme, qui aura duré une vingtaine de minutes, après pourtant 2 heures d’attente pour un bon nombre, dont une demi-heure de retard du Président, qui revenait justement d’un repas avec les Princes d’Asturies, Felipe de Bourbon et sa femme Letizia.

Pas un mot sur l’enjeu des élections européennes et sur l’assignation de députés pour les français de l’étranger.

Un rappel si, sur le rayonnement de la culture française à l’étranger, qui devrait-être complété par la visite de Carla à l’Institut Français de Madrid (menacé d’ailleurs de fermeture).

La fête s’est achevée avec une réception offerte par l’Elysée où le champagne a coulé à flôts et où l’on n’a pas lésiné sur le nombre de petits fours, mais où l’on a regretté la présence du Président, disparu immédiatement avec sa cour, occupés tous qu’ils étaient à se préparer pour le dîner de Gala donné en leur honneur au Palais Royal.

En l’honneur de leur première visite officielle en Espagne, oui, mais en l’honneur de quoi exactement ? Quel était le but de cette visite officielle ? Peu, parmi les invités, savaient y répondre…

Il est à noter que Nicolas Sarkozy a également réitéré son souhait d’ouverture pour son gouvernement (vers la gauche?), mais là, curieusement, les membres de l’UMP présents dans l’assistance n’ont pas applaudi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.