Soutenez le PS

Adhérez au PS

Quand un prix Nobel défend l’économie française

Vu de notre exil hors de France, on assiste désemparés à un déferlement de populismes en France: du racisme à l’homophobie, on arrive maintenant à la fronde contre le système de redistribution des richesses et de financement des services public: l’impôt.

Le gouvernement ne se préoccuperait que d’augmenter les impôts des pauvres citoyens pour favoriser les patrons… Il est facile de le dire et de le répéter sans cesse, au cas où on convaincrait quelques électeurs dont on exacerbe la haine de l’autre, la défiance face au gouvernement responsable de tous les maux.

Alors que le capitalisme destructif et le pouvoir financier n’est mis en cause dans aucun pays, malgré la crise, il se trouve que le seul gouvernement à appliquer une politique plus juste socialement est maintenant mis en cause de toute part. Il a tant été dit qu’il fallait une autre politique économique, et lorsqu’elle commence à apparaître timidement, on crie au scandale. Sus aux aux impôts et (éco)taxes ! On nous vole ! Quel paradoxe ! Ne souhaitons nous pas plus de justice fiscale ? Le maintien des services publiques ? La solidité du système de retraite ? L’intervention du gouvernement dans l’économie ?

Ceux qui comme nous vivent en Espagne souffrent cruellement d’une autre réalité et d’une autre politique, et nous sommes sûrs qu’ils ont un autre regard sur le gouvernement français (s’ils arrivent à dissiper ce nuage d’informations alarmistes et extrémistes qui couvre notre pays).

Voilà maintenant qu’une agence de notation dégrade la France d’un rang.  Cet ensemble de réactions face à une politique économique et sociale différente, qui a néanmoins de nombreux défi devant elle, est plus que surprenant. Mais ceux qui prennent le temps de réfléchir, observer et analyser la situation, aperçoivent une situation bien différente, même si loin d’être idyllique.

Lisez donc l’opinion du prix Nobel d’Economie Paul Krugman, dans sa tribune d’opinion du New York Times, dans laquelle il fait part de son étonnement quand à la dégradation de l’économie française, qu’il voit évidemment comme idéologique.

Texte original en anglais:

http://krugman.blogs.nytimes.com/2013/11/08/ideological-ratings/?smid=tw-share&_r=1

Article en français de Courrier International et du Monde:

http://www.courrierinternational.com/article/2013/11/12/la-france-cible-d-un-complot

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/11/09/perte-du-aa-le-prix-nobel-d-economie-paul-krugman-defend-la-france_3511260_3234.html

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.