Soutenez le PS

Adhérez au PS

Résultat des sénatoriales pour les français de l’étranger

Le dimanche 28 septembre dernier avaient lieu les élections sénatoriales, pour lesquelles la moitié de la haute assemblée était renouvelée. Après trois ans de majorité, une première dans l’histoire de la cinquième république, la gauche a perdu, comme conséquence directe de la défaite aux élections locales précédentes, celles même qui déterminent les grands électeurs des sénatoriales.

Nous félicitons Jean-Pierre Bel pour le travail accompli à la présidence du Sénat, et espérons que l’expérience servira pour le futur.

Pour les français de l’étranger, il s’agissait dimanche dernier de renouveler la moitié des 12 sénateurs nous représentant, dont deux sortants étaient socialistes (Claudine Lepage et Richard Yung). La nouveauté pour cette année était le mode de scrutin: pour la première fois, grâce à la réforme engagée par Hélène Conway-Mouret lors de son passage au gouvernement,  le collège électoral était étendu, dans un esprit plus démocratique. Les 533 grands électeurs appelés a voter étaient effectivement issus des précédentes élections consulaires, où les conseillers et délégués élus obtenait cette attribution. Notre liste menée par Claudine Lepage avait pris en compte le résultat des primaires internes organisée l’année dernière dans notre fédération:

1.Claudine Lepage

2.Richard Yung

3.Kallipi Ango Ela

4.Jean-Daniel Chaoui

5.Patricia Grillo

6.Marc Villard

7.Bérengère El Anbassi

8.Mehdi Benlahcen

Notre circonscription ibérique était représentée par ce dernier, élu conseiller consulaire à Lisbonne, ainsi qu’à l’AFE.

Les résultats sont les suivants:

1.Liste Union de la droite: 3 élus , 35,10%

2.Liste Socialiste: 2 élus, 29,98%

3.Liste divers Droite: 1 élu, 16,70%

4.Liste écologie:  0 élu, 6,64%

Nous félicitons donc Claudine et Richard pour leur réélection. Il est clair qu’il faut se poser la question des conséquences de la dispersion des votes à gauche, qui a comme prévu profité à la droite, et empêché  Kalliopi Ango Ela d’être élue, pour très peu de voix. Cette question s’est d’ailleurs posée dans de nombreuses circonscriptions de métropole, accentuant la perte d’élus. Les partis de gauche dans leur ensemble doivent se poser impérativement la question de leur entente et leur stratégie, et de quelle manière ils veulent accéder au pouvoir pour faire avancer la société, tout en conservant un débat ouvert.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.